Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 23, 1845.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle ne saurait être encore épuisée. Vous n’avez donc pas à craindre qu’il ait cherché des ressources dans le jeu ou par quelque autre voie répréhensible.

— Dieu en soit loué ! s’écria le ministre avec ferveur ; j’avais fini par m’effrayer moi-même avec mes craintes ridicules. Ainsi donc, maître Rupert, vous gagnez de l’argent, et vous ne dites rien ! Eh ! bien, j’aime cette modestie ; Rupert a du talent, Miles, et j’espère qu’un jour ou l’autre il occupera un rang honorable au barreau. Peut-être aurait-il dû attendre pour se marier qu’il eût un état ; mais je me sens tout ragaillardi depuis que je sais qu’il trouve moyen de gagner de l’argent par des voies justes et conformes à l’honneur.

Je n’avais point parlé d’honneur, mais quelle faiblesse est plus respectable que celle qui provient de l’amour paternel ? Quant à Lucie, elle semblait avoir deviné la vérité ; jamais je n’avais vu ses traits, ordinairement si calmes et si doux, prendre une expression d’humiliation si profonde. Pendant un moment, cette expression alla jusqu’à l’angoisse ; toutefois, recouvrant son sang-froid, elle fut la première à ramener la conversation sur le terrain dont elle s’était écartée.

— Pendant ce temps, nous oublions Miles, dit-elle. Il paraîtrait, mon père, qu’il ne vous trouve assez riche, ni vous ni Rupert, pour lui servir de caution : est-ce que je ne puis rien sous ce rapport ?

Lucie parlait avec fermeté et du ton d’une personne qui commençait à croire qu’elle pouvait placer son mot dans les affaires d’argent ; mais une vive rougeur couvrit son front, quand elle se vit obligée de sortir ainsi de son caractère si modeste pour se mettre en avant.

— Mille fois merci, ma bonne Lucie, répondis-je vivement, mais quand vous pourriez devenir ma caution, je ne le souffrirais jamais ; c’est bien assez que vous veniez me visiter ici, sans associer encore votre nom à mes dettes ; mais, en tout cas, une mineure ne saurait s’engager. M. Daggett va me tenir ici quelques semaines ; quand il apprendra que je cherche à vendre mes effets mobiliers, trop peu délicat lui-même pour croire à la délicatesse dans les autres, il craindra que l’argent que je pourrais retirer de cette vente ne lui échappe, et il entrera en arrangement ; une fois en liberté, je puis toujours m’embarquer, sinon comme capitaine, du moins comme second.