Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pensait plus au second battant de la porte ; on avait examiné toutes les parties de la maison pour retrouver la jeune fille. Cependant la dernière remarque de notre héroïne était produite par certains indices qui montraient qu’on avait l’intention de descendre par une des fenêtres du parloir. Cette pièce, si l’on s’en souvient, donnait sur le petit rocher au-dessus d’un ruisseau qui en baignait la base. Ce rocher avait à peu près quarante pieds de hauteur, et quoiqu’il fût presque impossible de l’escalader, il était facile à un homme hardi de le descendre en s’aidant d’une corde. Cet endroit se trouvait complétement caché à une partie de ceux qui étaient restés sur le rocher près du moulin, à une distance d’un demi-mille des portes de la palissade. Ce fait facilitait grandement la sortie, et une fois dans le lit du ruisseau, qui était bordé de buissons, on pouvait suivre ses détours et gagner le pont sans être vu. Le major mit sa lunette au niveau des fenêtres et reconnut immédiatement la vérité de ce que nous venons de dire.

— Ils se préparent probablement à vous envoyer chercher, Maud, dit-il. C’est faisable, pourvu que les sauvages restent encore un peu comme ils sont placés. Je suis surpris qu’ils n’aient pas envoyé quelques-uns des leurs derrière la Hutte, dont les fenêtres sont moins bien disposées pour tirer ; la forêt aurait offert un abri aux assaillants. Sur le devant, les palissades sont trop basses. C’est, je suppose, ce qui les fait rester à distance.

— Il n’est pas probable qu’ils connaissent la vallée. À l’exception de Nick, nous n’avons été visités que par un petit nombre d’Indiens et très-rarement. Ceux que nous avons vus étaient paisibles et faisaient partie de tribus amies ; il n’y avait pas un guerrier parmi eux ; Nick est le seul qui puisse être ainsi désigné.

— Est-il possible qu’il dirige ce parti ? Je ne me suis jamais confié à lui qu’à demi ; cependant c’est un trop vieil ami de la famille pour qu’il puisse se rendre coupable d’un tel acte de bassesse.

— Mon père dit que c’est un coquin, mais je ne pense pas qu’il ait de lui une aussi mauvaise opinion. D’ailleurs il connaît la vallée, et il aurait conduit les Indiens derrière la maison, si la place est favorable pour l’attaque, comme vous le dites. Ces misérables sont venus par les routes ordinaires qui vont rejoindre la rivière en bas des moulins.

— C’est vrai. J’ai perdu mon chemin à quelques milles d’ici ; il est facile de s’égarer sur la route de l’est, que je n’ai parcourue