Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’elle prenait au salut de Robert Willoughby qui lui avait fait deviner la vérité.

— Pourquoi je crois aux vues sinistres de Strides, voilà ce que je ne serais guère capable de vous expliquer, Bob, répliqua-t-elle après un moment de silence ; cependant j’y crois comme à mon existence. Ses regards, ses questions, ses voyages, et une remarque récente, tout cela a eu de l’influence sur ma manière de voir ; néanmoins je ne pourrais donner une preuve claire et satisfaisante. Pourquoi devez-vous être particulièrement l’objet de ses complots ? c’est assez simple, puisque vous êtes le seul parmi nous à qui l’on puisse faire un tort sérieux. Il peut trouver son avantage à vous trahir.

— Auprès de qui me trahirait-il, ma chère ? Mon père est la seule personne ici revêtue de quelque autorité, et ce n’est pas lui que je doive redouter.

— Cependant vous avez été assez alarmé dernièrement pour faire votre route vers Boston. Les causes de vos appréhensions peuvent encore exister aujourd’hui.

— Il y avait alors des étrangers dans la vallée, et nous ne savions pas exactement où ils se trouvaient. Je me suis rendu à vos instances cependant, Maud, et je ne m’exposerai pas, à moins d’une sérieuse alarme ; car alors est bien entendu qu’il me sera permis de me montrer. Dans un moment pareil, mon apparition inattendue au milieu de nos gens pourra faire un effet dramatique et nous donner la victoire. Mais apprenez-moi l’effet de mon message. Mon père se rattachera-t-il à la cause royale ?

— Je ne le pense pas. Tous les moyens de le persuader sont perdus. Son titre de baron, par exemple, il ne le prendra jamais. Cela déjà ne peut pas le flatter. Et puis, ses sentiments sont ceux de sa nouvelle patrie ; il les croit justes, et il est disposé à les maintenir, surtout depuis le mariage de Beulah. La famille de ma mère, aussi, a beaucoup d’influence sur lui. Ils sont tous whigs, vous le savez.

— Ne profanez pas ce nom, Maud. Le whig n’agit pas en rebelle, tandis que ces hommes mal guidés ne sont ni plus ni moins que des rebelles. Je pensais que cette déclaration d’indépendance porterait mon père à se tourner de l’autre côté.

— Cette nouvelle l’a sans doute troublé comme l’a fait la bataille de Bunker-Hill, mais il réfléchira pendant quelques jours,