Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le major contempla cette chambre qui était à l’usage de Maud depuis sept ans. C’est de là qu’il l’avait vue agiter son mouchoir à son dernier départ, et cent fois depuis il avait pensé à cet acte d’affection qui avait fait naître en lui des doutes, et il ne savait s’il devait en concevoir du chagrin ou de la joie. Était-ce purement une preuve d’affection fraternelle ou bien la manifestation d’un plus tendre sentiment ? Ces lucarnes étaient de quatre pieds, percées, selon l’usage, dans les charpentes massives ; elles étaient vitrées et avaient d’épais volets à l’épreuve de la balle. Ces volets se fermaient le soir d’après les ordres du capitaine, afin de cacher la lumière, et cette précaution avait été poussée si foin que Maud se mettait rarement à la nuit près de la lucarne avec les volets ouverts.

À ce moment elle laissa la lumière en dehors de la chambre, et ouvrant l’un de ses volets, elle s’aperçut que le jour allait paraître.

— Dans quelques minutes il fera jour, dit-elle, et nous pourrons voir qui est ou qui n’est pas dans la vallée. Regardez, vous apercevrez mon père près de la porte.

— Je le vois à ma honte, Maud. Il ne devrait pas être là tandis que je suis retiré ici derrière des charpentes presque à l’épreuve de la balle.

— Il sera bien temps pour nous d’aller le retrouver quand l’ennemi arrivera. Vous ne pouvez pas penser qu’une attaque soit à craindre ce matin.

— Certainement non ; il est trop tard maintenant.

— Alors fermez le volet ; j’apporterai la lampe vous montrerai quelques-unes de mes esquisses. Nous autres artistes nous avons soif de louanges, et je sais que vous êtes un connaisseur qu’on peut redouter.

— C’est fort aimable à vous, ma chère Maud, répondit le major en fermant le volet, car il paraît que vous êtes avare de ces faveurs-là. J’ai entendu dire que vous aviez bien saisi les ressemblances, celle du petit Evert en particulier.