Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


élève, et si vous trouvez plus de défauts que vous ne vous y attendiez, vous aurez la bonté de vous souvenir que le maître a déserté ses paisibles occupations pour courir à la guerre. — Voilà d’abord votre caricature qui vous regarde.

— Cela me paraît ressemblant. Vous l’avez donc faite de mémoire, ma chère Maud ?

— Et comment l’aurais-je faite autrement ? Jamais nous n’avons pu vous décider à nous envoyer même une miniature. Vous avez eu tort, Bob car ma mère désire actuellement posséder votre portrait : c’est ce qui m’a portée à faire cette entreprise.

— Et pourquoi aucun de ces portraits n’est-il fini ? En voilà six ou huit commencés, tous plus ou moins ressemblants, et aucun n’est plus qu’à moitié fait. Pourquoi ai-je été traité si cavalièrement, miss Maud ?

Les belles couleurs de l’artiste devinrent plus vives, mais ce fut avec un sourire à la fois doux et railleur qu’elle répondit :

— Caprice de jeune fille, je suppose. Ils ne me plaisent ni les uns ni les autres. Pour être sincère, cependant, je crois que c’est à peine s’il y en a un qui vous ressemble tout à fait.

— Quel défaut trouvez-vous à celui-ci ?

— Il manque d’expression.

— Et cet autre, qui est encore mieux ? Vous pourrez l’achever pendant que je suis ici, je vous donnerai quelques séances.

— Ma mère elle-même ne l’aime pas ; on y voit trop le major d’infanterie. M. Woods dit que c’est une peinture martiale.

— Est-ce qu’un soldat ne doit pas ressembler à un soldat ? Il me semble que c’est là un point capital.

— Ce n’est pas ce que ma mère ou Beulah, ou mon père, ou même chacun de nous demande il est trop plein de Bunker-Hill. Vos amis désirent vous voir comme vous leur paraissez à eux, et non pas comme vous paraissez à vos ennemis.

— Sur ma parole, Maud, vous avez fait de grands progrès. Voilà une vue du Rocher, en voilà une du moulin, de la chute d’eau, et tout cela parfaitement fait. Qu’est ceci ? Avez-vous entrepris de faire votre propre portrait ? Le miroir doit avoir été secrètement consulté, ma belle coquette, pour vous rendre capable de faire cela.

Le rouge monta d’abord au visage de Maud, quand son compagnon fit allusion à la miniature inachevée qu’il tenait à la main ; ensuite ses traits devinrent blancs comme de l’ivoire. Confuse,