Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tains, le sergent, mais c’est un grand homme quand il parle.

— Et les sauvages répondirent à ce premier feu, ce qui m’explique la décharge éloignée que j’ai entendue.

— On voit bien, major, que vous êtes le fils de votre père, nourri comme lui dans l’armée. – Oui, les sauvages en renvoyèrent autant qu’ils en avaient reçu.

— Et le seul coup qui suivit, qui l’a fait partir ?

Mike répondit par une grimace significative qui dénotait une satisfaction toute personnelle ; cependant le major lui dit de mieux s’expliquer.

— C’est moi major, et c’était un coup de fusil aussi bien tiré que tous ceux que vous avez jamais entendus au service du roi. Je n’ai pas voulu que Joël eût quelque avantage sur moi. Non, non, je tirai mon coup par-dessus les fortifications, et c’était bien visé.

— Ainsi, pour avoir enfreint les ordres vous n’avez pas de meilleure raison à donner si ce n’est que Joël les avait enfreints le premier ?

— Joël a enfreint les ordres, vous avez vu. La chose une fois faite, il était difficile de se contenir et de ne pas faire feu aussi.

De question en question, Robert Willoughby reconnut qu’il ne pourrait jamais savoir clairement de Mike comment les choses s’étaient passées. Les simples faits étaient qu’à l’approche du jour les Indiens avaient repris possession de leur bivouac de la veille, et s’étaient mis à faire des préparatifs pour leur déjeuner, quand Joël, le meunier et quelques autres, dans un paroxysme de valeur, avaient dirigé sur eux une salve de mousqueterie ; la distance rendait l’attaque inutile. On y avait répondu de l’autre côté, et le tout s’était terminé par le coup de fusil de l’Irlandais. Comme il faisait alors trop jour pour appréhender une surprise, Robert crut peu dangereux d’envoyer un des Plines vers son père pour en obtenir une entrevue. Quelques minutes après, le capitaine parut accompagné de M. Woods.

— Les mêmes Indiens ont reparu et semblent disposés à occuper Leur ancienne position près du moulin, dit Willoughby en réponse aux questions de son fils. Il est difficile de dire quelles sont les vues de ces gens-là ; il y a des moments où il me semble voir plus ou moins de blancs parmi eux. – J’ai fait part de cette idée à Stride, chapelain, et il a paru croire à la justesse de la remarque.

— Joël est à peu près une énigme pour moi, capitaine Wil-