Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rochers ? demanda le capitaine qui avait regardé d’abord du côté du camp.

— On dirait un Indien habillé de blanc Votre Honneur. Sur ma parole, il a un chapeau à trois cornes.

— Allons, interrompit Jamie, vous ne connaîtriez jamais la vérité sans l’aide de ma petite révélation ; l’esprit que vous avez vu est justement le chapelain Woods.

— Woods ! le diable !

— Mais non, Votre Honneur, c’est le révérend chapelain lui-même, et pas le diable du tout. Il a son froc blanc. Pourquoi n’a-t-il pas gardé le noir ? c’est plus que je ne pourrais dire mais le voilà marchant parmi les tentes des Indiens, comme si c’étaient les bancs de son église.

— Et comment l’avez-vous laissé franchir la porte contre mes ordres ?

— Hé bien, c’était pour obéir aux ordres de l’église, de cette autorité dont il nous a si souvent parlé ; le voyant vêtu de blanc et sachant que nous avons beaucoup de fêtes dans l’église d’Angleterre, je m’imaginai qu’il allait prier dans la chapelle qui est dans la plaine.

Se plaindre eût été inutile alors ; le capitaine fut forcé de se soumettre, et commença même à concevoir quelque espoir de cette entreprise, quand il vit M. Woods continuer sa marche à travers le camp. La lunette fut pointée, et l’on examina tous les mouvements du chapelain avec le plus grand intérêt.

Il explora d’abord chaque tente hardiment et avec diligence, puis il descendit les rochers, et on le perdit de vue comme ceux qui l’avaient précédé.

Une heure d’angoisses se passa sans qu’aucun être humain parut dans la direction des moulins ; de temps à autre les observateurs croyaient voir une fumée s’élever sur le sommet des rochers comme signe précurseur de l’incendie auquel ils s’attendaient ; mais un moment après leurs appréhensions disparaissaient, ainsi que la fumée imaginaire. Le jour s’avançait, et la solitude régnait toujours au-dessus de la mystérieuse vallée. Aucun bruit n’en venait, aucune forme humaine ne paraissait près de là ; il était impossible de découvrir un signe d’hostilité ou de paix. Tout était silencieux dans cette direction, comme si le ravin eut été un tombeau qui eût englouti les Indiens.