Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’habillement, le pays, les habitudes, la physionomie c’était comme un échantillon de tous les peuples divers qui, à cette époque, habitaient les colonies. Attention ! Présentez armes !

Le capitaine ôta son chapeau en retour de ce salut sans pouvoir s’empêcher de sourire du spectacle qu’il avait sous les yeux. Les Hollandais avaient présenté convenablement les armes, mais Mike avait exécuté un mouvement qui aurait embarrassé un autre que lui. La crosse du fusil avait été dirigée vers le capitaine, tandis que le canon était resté sur son épaule. Cependant il s’imagina s’en être mieux tiré que les autres. Jamie avait des notions correctes sur la perpendiculaire, ayant souvent fait usage du fil à plomb, mais il tenait son fusil sens dessus dessous. Quant aux Yankees, ils s’acquittèrent à peu près bien de ce devoir, et mirent armes bas les uns après les autres. Les nègres défiaient toute description ; il était curieux de les voir avancer la tête hors de la ligne ; ils tenaient à voir l’effet du mouvement général. Le sergent avait le bon sens de voir que ses hommes n’étaient pas encore arrivés à la perfection, et il leur indiqua encore comment il fallait tenir leurs armes. Il réussit parfaitement, si ce n’est que la moitié des armes fut portée à l’épaule droite et l’autre moitié à l’épaule gauche.

— Nous ferons mieux plus tard, Votre Honneur, dit Joyce en saluant militairement. Le caporal Strides a une assez bonne idée de la manœuvre, et s’en tire ordinairement assez bien. Quand il sera revenu, les choses n’en iront que mieux.

— Quand il sera revenu, sergent ! Quelqu’un pourrait-il m’apprendre quand ce sera ?

— Oui, Votre Honneur, s’écria Mike avec l’empressement d’un enfant, je puis vous le dire moi.

— Vous ? Que pouvez-vous savoir qui ne soit connu de nous tous, mon bon Michel ?

— Je sais ce que je dis ; il arrive, je reconnais son pas.

Joël, en effet, parut à la porte à ce moment. Comment était-il arrivé là sans être vu pendant qu’on regardait si attentivement dans la direction du moulin, on n’en savait rien ; il semblait être tombé des nues. Enfin, le fait ne pouvait se nier. Le retour de Joël fut connu de toute la maison, en un instant, par les cris des enfants ; et toutes les femmes vinrent dans la cour pour apprendre les nouvelles.