Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vait sa lanterne, tandis qu’ils marchaient rapidement vers la forme immobile ; quand ils en furent tout près, la lumière brilla dans les yeux noirs et ardents d’un Indien.

— Nick ! s’écria le capitaine, est-ce vous ? Qu’est-ce qui vous a amené encore ici ? et comment avez-vous franchi les palissades ? Venez-vous comme un ami pour nous visiter, on comme un ennemi ?

— Trop, beaucoup de questions capitaine ; demander tout ensemble. Aller à la chambre aux livres, Nick vous suivre ; dire tout ce qu’il faut.

Le capitaine parla quelque temps à voix basse au sergent pour lui recommander de veiller attentivement à la garde. Quand il arriva dans la bibliothèque, il trouva sa femme et ses filles qui l’attendaient avec anxiété.

— Ah ! Hugh, j’espère qu’il n’y a pas autant de mal que nous le craignions, s’écria la mère quand le capitaine entra dans la chambre suivi du Tuscarora ; nos gens ne peuvent pas être assez lâches pour nous abandonner dans un tel moment.

Le capitaine embrassa sa femme, lui adressa quelques paroles d’encouragement et montra l’Indien.

— Nick ! s’écrièrent les trois femmes d’une seule voix, quoique le ton de chacune dénotât une sensation différente.

L’exclamation de mistress Willoughby n’était pas sans plaisir, car elle le croyait son ami ; celle de Beulah était pleine de crainte, car la pensée du petit Evert et des massacres des sauvages traversa soudain l’esprit de la jeune mère ; le ton de Maud était empreint de la résolution énergique qu’elle avait prise pour se soutenir dans ces terribles épreuves.

— Oui, Nick, Saucy Nick, répéta l’indien de sa voix gutturale. Vieil ami ; vous pas contents de le voir ?

— Cela dépend de ce que vous venez faire ici, dit le capitaine. Faites-vous partie de ceux qui sont maintenant au moulin ? Mais un moment ; comment êtes-vous entré en dedans des palissades ? Répondez-moi d’abord à cela.

— Arbres pas bons pour arrêter Indien. Faut beaucoup de mousquets, beaucoup de soldats, capitaine ; pauvre garnison ici pour Nick. Toujours lui dire, trouver trous assez pour passer.

— Ce n’est pas répondre à ma question, camarade. Par quels moyens ayez-vous passé de l’autre côté des palissades ?