Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une reconnaissance, tandis que lui-même irait entre la pente et les rochers et tâcherait de communiquer avec le major à travers les fentes de la cabane. Sauf les conseils que Nick pouvait lui donner, son plan était de se laisser conduire par les événements et d’agir en conséquence.

— Que Dieu vous bénisse, Joyce ! dit le capitaine en pressant la main du sergent comme il était sur le point de descendre. Nous faisons un service difficile et qui demande toute notre présence d’esprit. S’il m’arrive quelque chose, souvenez-vous que ma femme et mes filles restent sous votre protection.

— Je suivrai les ordres de Votre Honneur, capitaine Willoughby, et vous n’avez pas besoin d’en dire davantage.

Le capitaine sourit à son vieux compagnon, et Joyce, en lui rendant son serrement de main, pensa qu’il n’avait jamais vu le visage mâle de son maître rayonner d’une expression plus calme et plus douce. Les deux aventuriers prirent leurs précautions, et la descente se fit sans bruit. Les hommes placés au-dessus écoutaient en retenant leur haleine, mais les deux guerriers expérimentés ne faisaient pas plus de bruit qu’un chat qui s’approche d’un oiseau.

L’endroit où Joyce resta avec ses hommes était élevé de cinquante pieds au-dessus du toit de la cabane et presque perpendiculaire à l’étroite ouverture qui existait entre les rochers et la pente. Les broussailles et les arbres étaient assez épais pour empêcher que les objets fussent aperçus d’en bas ; cela dépendait de la forme du rocher, qui interceptait même les sons. Joyce s’imagina, néanmoins, qu’il entendait le craquement des branches pendant que le capitaine descendait, et il en augura bien, puisque cela semblait prouver qu’il ne rencontrait pas d’opposition. Une demi-heure de silence suivit, et elle ne fut interrompue que par le bruit de l’eau. Au bout de ce temps, on entendit un cri en face des moulins, et nos hommes apprêtèrent leurs armes dans l’appréhension qu’une découverte n’amenât une catastrophe. Cependant rien ne vint confirmer ces craintes, et un éclat de rire, qui fut évidemment poussé par un homme blanc, servit plutôt à les rassurer. Une autre demi-heure s’écoula sans interruption. Mais Joyce devenait inquiet, ses instructions n’ayant pas prévu l’état des choses. Il allait laisser le commandement à Jamie et descendre lui-même pour faire une reconnaissance, quand il entendit marcher