Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/345

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Joël leur avait montré n’avait pas été bouché depuis l’entrée de Willoughby et de ses compagnons. Conduits par leurs chefs, les guerriers gagnèrent adroitement la montée, et commencèrent à ramper pour traverser le même passage qui, la nuit précédente, avait servi d’issue à tous les déserteurs.

Les Indiens qui se trouvaient en avant avaient reçu l’ordre d’occuper l’attention de la garnison pendant que ce mouvement s’exécuterait. À un signal, ils poussèrent un hurlement, se démasquèrent firent feu, et s’élancèrent de nouveau vers la maison. C’est en ce moment que les autres entraient par le trou et que les sept chefs sauvages se trouvaient en sûreté en dedans de la palissade. Le huitième fut tué par Blodget avant d’avoir pu entrer. Le corps fut à l’instant retiré par les jambes, et les hommes de l’arrière se remirent à l’abri sous les rochers.

Willoughby comprenait maintenant la nature de l’assaut. Il plaça Joyce et quelques autres de manière à surveiller le trou, puis il alla lui-même dans la bibliothèque, accompagné de Jamie et de Blodget, en prenant les précautions nécessaires. Heureusement les fenêtres étaient ouvertes, et une décharge soudaine mit en déroute tous les Indiens qui s’étaient réfugiés sous les rochers. Ils ne s’enfuirent pas plus loin que le ruisseau, où ils se rallièrent sous les taillis et firent feu sur les fenêtres. Pendant plusieurs minutes le combat se concentra en cet endroit. Willoughby, en allant de fenêtre en fenêtre, envoya plusieurs décharges qui atteignirent les hommes sous le couvert.

Jusqu’à présent toute la perte avait été du côté des assaillants, quoique plusieurs hommes de la garnison, en y comprenant Willoughby et Joyce, eussent couru de grands périls. Une douzaine d’assaillants avaient été tués. L’assaut durait déjà depuis une heure et les ombres du soir se répandaient autour de la place. Daniel le meunier avait été envoyé par Joël pour faire jouer la mine qu’ils avaient préparée ensemble ; mais par une erreur bien pardonnable à un homme peu accoutumé à ce métier, il était resté en arrière, laissant les autres passer dans le trou, et il se trouva entraîné par la foule dans les broussailles du ruisseau.

Willoughby se consulta avec Joyce, et il songea sérieusement aux préparatifs nécessaires pour la défense pendant la nuit. En prenant des précautions, quoiqu’en courant quelques risques personnels, les fenêtres de l’aile nord de la Hutte furent fermées, et