Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 25, 1846.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cher Dirck, vous avez sans doute été à Lilacsbush, et vous pouvez me dire si l’intérieur de la maison répond aux dehors.

— Tant que madame Mordaunt a vécu, je ne laissais jamais passer un été sans y aller avec ma mère ; la pauvre dame n’est plus, mais je continue à aller de temps en temps dans la maison.

— Et pourquoi n’avez-vous pas poussé jusqu’à Lilacsbush pour demander à dîner à vos chers parents ? Savez-vous qu’à la place d’Herman Mordaunt je me fâcherais tout rouge en apprenant qu’un de mes cousins est descendu à l’auberge, à deux milles de ma maison ? Il est impossible qu’il ne connaisse pas le major et le capitaine Littlepage, et je regarde comme de rigueur de lui envoyer un mot d’excuse ; ce sont des procédés qu’on se doit entre personnes de notre condition, Dirck, et il ne faut pas blesser les usages du monde.

— Modérez-vous, Corny, nous ne blesserons personne ! Herman Mordaunt et sa fille ne sont pas à Lilacsbush ; ils passent tous les hivers à New-York et ne reviennent jamais qu’après les fêtes de la Pentecôte.

— Peste ! c’est donc tout à fait un grand personnage ? maison de ville, maison de campagne ! Je ne sais pas trop, en effet, si ce ne serait pas agir trop librement avec un si gros seigneur que d’aller lui demander à dîner sans l’avoir prévenu.

— Vous plaisantez, Corny ; en voyage, est-ce qu’on observe toutes ces formalités ? Herman Mordaunt nous aurait fait l’accueil le plus cordial, et je n’aurais pas hésité un seul instant si je n’avais su que toute la famille ne peut manquer d’être à présent à New-York. Pâques est venu de bonne heure cette année, et nous voici déjà aux fêtes de la Pentecôte ; dès qu’elles seront passées, Herman Mordaunt et Anneke s’empresseront de revenir pour jouir des lilas et des roses.

— Ah ! il y a une miss Anneke. Et quel âge peut-elle avoir, maître Dirck ?

En faisant cette question, je regardai mon ami, et je vis une vive rougeur se répandre sur tous ses traits. Dirck était trop franc pour se cacher, et il répondit d’une voix ferme :

— Ma cousine Anneke Mordaunt vient d’avoir dix-sept ans, et vous saurez, Corny…