Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Tant pis pour elles. L’Amérique est après tout une glorieuse nation, Hughes ; et il y a plaisir et orgueil à lui appartenir. Regarde-la, quoique tout le reste de la chrétienté lui jette la pierre.

— Vous devez au moins avouer, mon cher Monsieur, interrompis-je peut-être un peu vivement, que les autres peuples peuvent bien être tentés par l’exemple car s’il y a une nation qui soit constamment occupée à se jeter la pierre à elle-même, c’est sans contredit notre bien-aimée patrie.

— C’est vrai qu’elle a cette mauvaise habitude à l’excès, et au lieu de se corriger elle empire, à mesure que diminue l’influence des hommes bien élevés mais c’est une tache au soleil, une paille dans le diamant, que le frottement peut faire disparaître. Mais quel pays, quel glorieux pays ! Tu as maintenant parcouru assez complètement les contrées civilisées du vieux monde, mon cher garçon, et tu dois t’être convaincu par toi-même de la supériorité de la terre natale.

— Je me souviens que vous avez toujours tenu ce langage, oncle Ro ; cependant vous avez passé la bonne moitié de vos jours hors de ce glorieux pays, depuis que vous avez atteint l’âge viril.

— Simple résultat d’accidents et de goûts : Je ne veux pas dire que l’Amérique soit le pays où doive débuter un garçon ; les moyens d’amusement pour ceux qui n’ont pas de foyer domestique sont trop limités. Je ne prétends pas non plus qu’en Amérique la société, dans son sens ordinaire, soit aussi bien ordonnée, aussi bien entendue, aussi agréable ou instructive, aussi pourvue de bon goût, que la société dans presque toutes les contrées de l’Europe que je connais. Je n’ai jamais supposé que l’homme de loisir, placé à part des affections, pût jamais rencontrer autant de jouissances chez nous que dans cette partie du monde et j’admets volontiers que, intellectuellement, la plupart des hommes dans une grande capitale de l’Europe vivent, en un jour plus qu’ils ne vivraient en une semaine dans des endroits comme New-York, Philadelphie et Baltimore.

— Vous ne parlez pas de Boston, je vois, Monsieur.

— De Boston, je ne dis rien. C’est un endroit où l’on est très-susceptible, et il vaut mieux laisser les choses tranquilles. Mais pour ce qui concerne un homme ou une femme de loisir, un homme ou une femme de goût, un homme ou une femme de quelque raffinement, je suis prêt à admettre, cœteris paribus, qu’ils