Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Ya, ya, che gomprends, les gentleman peufent faire telles choses et n’aiment pas qu’on rie d’eux, foilà tout.

— Oui, voilà tout, comme vous dites ainsi, ayez soin de ne pas en parler, de ne pas y faire attention. Eh bien ! puisque vous m’avez découvert, c’est à moi de régaler. Que voulez-vous prendre ?

Ceci n’était pas très-élégant pour un gentleman, pour un avocat ; mais comme ces procédés appartenaient à l’école de M. Newcome, je jugeai prudent de ne pas me trahir par un refus. Affectant au contraire d’être bien aise, je lui dis que je prendrais ce qu’il voudrait, et il me conduisit à un magasin qui était tenu par son frère, aux entreprises commerciales duquel il était, ainsi que je le sus depuis, associé. Là, il m’offrit généreusement un verre de whiskey brûlant, que je répandis adroitement de côté, dans la crainte d’être étranglé ; il me fallait jouer ce jeu, car un refus, lorsqu’il s’agissait de boire, eut paru très-suspect chez un Allemand.

Je remarquai que très-peu d’Indgiens buvaient, quoiqu’ils commençassent à circuler librement à travers la foule et dans les magasins. Sénèque me quitta aussitôt qu’il eut acheté ma discrétion par un régal, et je continuai d’observer la conduite des hommes armés et déguisés.

Je fus bientôt étonné de voir que Orson Newcome, frère et associé de Sénèque, était évidemment peu soucieux de se trouver en contact avec les Indgiens. Dès que l’un d’eux entrait dans la boutique, il semblait mal à l’aise et aussitôt qu’il en était débarrassé, son contentement était manifeste. D’abord, je fus tenté de croire que Orson obéissait à un sentiment de moralité, et ne cherchait pas à dissimuler le dégoût que lui causaient tous ces actes d’une audacieuse illégalité. Mais je vis bientôt mon erreur, en découvrant la véritable cause de sa répugnance à recevoir les Indgiens.

— Indgien veut calicot pour chemise, dit un de ces vauriens d’un ton impératif à Orson, qui feignit d’abord de ne pas l’entendre.

La demande fut répétée avec plus d’insolence encore, et l’étoffe fut par Orson jetée d’un air maussade sur le comptoir.

— Bon dit l’Indgien en examinant la qualité, couper vingt aunes, bonne mesure, eh !

Le calicot fut coupé avec une sorte d’obéissance passive ; les