Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’estimant plus que les Peaux-Rouges le droit et la justice, quoique ce soit à leur façon.

— Je suis sûr que l’oncle Sam a sagement agi, ainsi qu’il le fera toujours, j’espère, à l’égard de ce peuple. Susquesus est un vieil ami à moi, et je vais vous conduire vers lui.

— Mais qui donc, au nom du ciel ! Êtes-vous ? s’écria Holmes, sa curiosité étant attirée dans une nouvelle direction.

— Qui je suis ? Vous allez savoir qui je suis, répondit mon oncle en ôtant sa perruque, mouvement que j’imitai aussitôt ; je suis Roger Littlepage, naguère curateur de ce domaine, et voici Hughes Littlepage qui en est propriétaire.

Le vieil Holmes était en général de bonne réplique ; d’une meilleure étoffe, du reste, que le démagogue bavard, plaignard et hypocrite qui était à ses côtés. Mais, à cette découverte, il resta muet et confondu. Il regarda mon oncle, ensuite moi, puis il jeta sur Shabbakuk un coup d’œil de profonde détresse. Quant aux Indiens, malgré leur habitude de maîtriser leurs émotions, ils firent tous entendre leur exclamation « hugh ! » en voyant deux hommes se scalper, pour ainsi dire, eux-mêmes. Mon oncle Ho était animé, et son attitude était tant soit, peu dramatique, lorsque d’une main il enleva sa casquette et de l’autre sa perruque, tenant celle-ci avec le bras étendu dans la direction des Indiens. L’homme rouge étant rarement sujet à un acte d’impolitesse, il est probable que le Chippewa vers lequel s’étendait la main qui tenait la perruque, prit ce mouvement pour une invitation d’examiner ce curieux article. Il le tira doucement lui et, en un clin d’œil tous les sauvages furent rassemblés autour de la perruque, faisant entendre à voix basse des exclamations d’étonnement. Ces hommes étaient tous des chefs, et modéraient par conséquent leur surprise. Si l’on avait eu affaire aux hommes vulgaires parmi eux, il est certain que la perruque aurait passé de main en main, et aurait été essayée sur une douzaine de têtes déjà rasées pour la recevoir.