Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais je ne puis dire que ce que je sais. Quelque tentative sera faite cette nuit, j’en suis certaine ; mais quelle sera cette tentative, voilà ce que je ne sais pas. Il faut maintenant que je parte, car la lune sera bientôt couchée ; et il ne ferait pas bon pour moi si j’étais vue par quelques-uns des anti-rentistes. Le peu que j’ai déjà dit en faveur des Littlepage m’a fait des ennemis ; mais on ne me pardonnerait jamais si cette démarche était connue.

Opportunité alors se leva, et me faisant un gracieux sourire, de même qu’un corsaire ferait la bordée d’adieu pour faire durer aussi longtemps que possible le souvenir de sa présence, elle se retira en toute hâte. Je l’accompagnai jusqu’au chêne et l’aidai à se remettre en selle. Pendant tous ces mouvements, il y eut chez elle un jeu continuel de coquetterie ; et elle montrait une répugnance manifeste à partir, quoiqu’elle eût dit être très-pressée. La lune n’était pas encore tout à fait couchée, et cette circonstance servit de prétexte à ses délais ; de mon côté je m’imaginais qu’elle pouvait avoir quelque chose à me communiquer.

— Cette démarche de votre part, chère Opportunité, lui dis-je en plaçant ma main sur la sienne, est tellement bienveillante, tellement d’accord avec les jours d’autrefois, que je ne sais comment vous remercier. Mais nous vivrons pour voir renaître le bon vieux temps, quand la même intimité pourra revenir parmi nous. C’étaient d’heureux jours, lorsque nous allions tous ensemble galopant à travers les montagnes, en véritables enfants, il est vrai, mais en enfants heureux et contents.

— Ah ! c’est bien vrai, et je voudrais les voir revivre. C’est égal, Hughes, vous viendrez à bout de vos ennemis, et alors vous vous établirez et vous vous marierez. Vous comptez vous marier, sans doute ?

C’était là une attaque assez directe ; mais j’y étais accoutumé, et un danger connu est à moitié évité. Je pressai doucement la main que je tenais, puis l’abandonnant, je dis d’un ton un peu mélancolique :

— Eh bien, je ne vous demande plus quel est le genre d’attaque que je dois redouter cette nuit. Un frère passe avant un ami, je le sais, et je puis apprécier votre embarras.

Opportunité avait déjà lâché les rênes de sa monture et était sur le point de s’élancer, quand ces dernières paroles touchèrent son cœur. Se penchant eu avant, et baissant la tête jusqu’à ce que