Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il y avait trop de vérité dans cette dernière assertion pour qu’on pût la contredire, et, comme l’affirmait Mille-Langues, nous n’avions ni la protection de la loi, ni celle du fusil.

Pendant une heure et demie environ, notre conversation se poursuivit sur différents sujets. Il y avait dans les opinions de mon compagnon beaucoup de bon sens, et ses réflexions formaient, un singulier mélange de justice naturelle et de préjugés locaux. Son dernier argument mérite d’être rapporté.

— Je vous dirai quoi, colonel. Le droit est le droit, et l’absurdité est l’absurdité. Ainsi donc s’il nous arrivait d’attraper un de ces coquins déguisés mettant le feu à votre maison où à votre grange, la meilleure chance pour obtenir justice serait d’arranger les affaires de suite. Si je suivais ma méthode, j’attacherais au gaillard pieds et poings, et je le jetterais dans les flammes pour l’aider à continuer sa besogne. Un coquin fait un excellent combustible.

Au moment où il cessait de parler, je vis s’ouvrir un des côtés du volet de la chambre de Mary Warren, car mes yeux n’avaient guère cessé de se porter de ce côté. La lumière avait été placée si près de l’ouverture qu’il n’y avait pas à douter que ma charmante sentinelle n’eût fait quelque importante découverte. Je ne pouvais pas hésiter : recommandant à Mille-Langues de continuer sa surveillance, je franchis rapidement la pelouse. En deux minutes, ma main se trouvait sur le loquet de la petite porte ; deux secondes après elle s’ouvrit et je vis Mary Warren en face de moi. Un geste de sa main me recommanda la prudence, et après avoir fermé la porte, je demandai une explication.

— Parlez bas, dit-elle avec inquiétude, conservant toutefois un sang-froid merveilleux. Je les ai découverts : ils sont ici.

— Ici ! pas dans la maison, sans doute ?

— Dans la maison même ! dans la cuisine, où ils allument du feu par terre en ce moment. Venez vite ; il n’y a pas un moment à perdre.

Pour rendre ce qui suit plus intelligible, il est bon de donner une courte description des localités. La barrière et l’arche dont j’ai parlé coupaient en deux parties l’aile méridionale de la maison. Du côté occidental étaient les offices et les salles à manger. Du côté oriental étaient la cuisine, la salle des domestiques, la buanderie et un escalier étroit qui conduisait aux chambres occupées par les domestiques. La porte extérieure de cette dernière portion