Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment. Et puis quel bien produira cette taxe projetée, après avoir violé le droit et la justice sinon la loi positive ? Sur cent dollars de rentes, j’aurais à payer cinquante-cinq cents[1] comme j’y suis obligé pour d’autres choses à Ravensnest ; mais qui donc supposera qu’à cause d’une pareille imposition, j’irai me défaire d’un domaine qui a été dans ma famille depuis cinq générations ?

— Fort bien, Monsieur, fort bien ! C’est bien dit ; mais je vous conseille de ne pas du tout parler de vos ancêtres. Les propriétaires ne peuvent de nos jours invoquer leurs ancêtres avec impunité.

— Je ne parle des miens que comme argument, afin que l’on respecte mes droits sur des terres paternelles.

— Ce serait, en effet, un argument, si vous étiez tenancier ; mais, chez un propriétaire, ce n’est qu’un orgueil aristocratique et intolérable.

— Mais c’est un fait, et il est naturel qu’on éprouve les sentiments qui se lient à ce fait.

— Plus c’est un fait, moins on l’accueillera. Notre peuple associe volontiers une position sociale avec de l’argent et des domaines, mais pas avec des fermes ; et plus une ferme aura longtemps appartenu à une famille, plus c’est fâcheux pour cette famille.

— Je crois, en vérité, Jack, dit mon oncle Ro, que les règles qui gouvernent tout le reste du monde sont renversées ici, et que chez nous on estime que les droits d’une famille décroissent au lieu d’accroître avec le temps.

— Sans aucun doute, reprit Dunning. Savez-vous, Roger, que vous m’avez écrit de Suisse une lettre assez naïve, concernant une famille appelée De Blonay, qui occupe un château, situé sur le même rocher depuis six ou sept cents ans, et qui, par cette circonstance, éveillait en vous des sentiments de respect et de vénération ? Eh bien, tout cela était ridicule, comme vous pourrez vous en convaincre dans votre visite incognito à Ravensnest. Je ne veux pas anticiper sur le résultat des leçons que vous apprendrez mais je vous dirai : Allez à l’école.

— Comme les Rensselaers et les autres grands propriétaires, qui ont de longs baux, ne seront pas contraints par la taxe insigni-

  1. Petite monnaie.