Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE II, SCÈNE VIII.


Don Diègue.

Pour la juste vengeance il n’est point de supplice.


Don Fernand.

Levez-vous l’un et l’autre, et parlez à loisir.
Chimène, je prends part à votre déplaisir ;
D’une égale douleur je sens mon âme atteinte.
Vous parlerez après ; ne troublez pas sa plainte.


Chimène.

Sire, mon père est mort ; mes yeux ont vu son sang
Couler à gros bouillons de son généreux flanc ;
Ce sang qui tant de fois garantit vos murailles,
Ce sang qui tant de fois vous gagna des batailles,
Ce sang qui tout sorti fume encor de courroux
De se voir répandu pour d’autres que pour vous,
Qu’au milieu des hasards n’osoit verser la guerre,
Rodrigue en votre cour vient d’en couvrir la terre.
J’ai couru sur le lieu, sans force et sans couleur :
Je l’ai trouvé sans vie. Excusez ma douleur,
Sire, la voix me manque à ce récit funeste ;
Mes pleurs et mes soupirs vous diront mieux le reste.


Don Fernand.

Prends courage, ma fille, et sache qu’aujourd’hui
Ton roi te veut servir de père au lieu de lui.


1. Var. Une vengeance juste est sans peur du supplice (a). (1637-44)
Var. Une juste vengeance est sans peur du supplice. (1648-56)
2. Entre ce vers et le suivant, on lit dans l’édition de 1692 : à don Diègue.
3. L’édition de 1637 in-12 porte, par erreur, vos jeux, pour mes yeux.
4. Var. [Rodrigue en votre cour vient d’en couvrir la terre,]
Et pour son coup d’essai son indigne attentat
D’un si ferme soutien a privé votre État,
De vos meilleurs soldats abattu l’assurance,
Et de vos ennemis relevé l’espérance.
J’arrivai sur le lieu sans force et sans couleur :
Je le trouvai sans vie. Excusez ma douleur (b). (1637-56)

(a) Les éditions de 1637 in-12 et de 1638 donnent de supplice, pour du supplice, (b) Je le treuvai sans vie. Excusez, ma douleur. (1644 in- 12) — Les deux derniers vers de cette variante se trouvent aussi dans l’édition de 1660.