Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE III, SCÈNE III. 151

Dedans mon ennemi je trouve mon amant ;
Et je sens qu’en dépit de toute ma colère,
Rodrigue dans mon cœur combat encor mon père :
Il l’attaque, il le presse, il cède, il se défend,
Tantôt fort, tantôt foible, et tantôt triomphant ;
Mais en ce dur combat de colère et de flamme,
Il déchire mon cœur sans partager mon âme ;
Et quoi que mon amour ait sur moi de pouvoir,
Je ne consulte point pour suivre mon devoir :
Je cours sans balancer où mon honneur m’oblige.
Rodrigue m’est bien cher, son intérêt m’afflige ;
Mon cœur prend son parti ; mais malgré son effort,
Je sais ce que je suis, et que mon père est mort.


Elvire.

Pensez-vous le poursuivre ?


Chimène.

Pensez-vous le poursuivre ? Ah ! cruelle pensée !
Et cruelle poursuite où je me vois forcée !
Je demande sa tête, et crains de l’obtenir :
Ma mort suivra la sienne, et je le veux punir !


Elvire.

Quittez, quittez, Madame, un dessein si tragique ;
Ne vous imposez point de loi si tyrannique.


Chimène.

Quoi ! mon père étant mort, et presque entre mes bras,
Son sang criera vengeance, et je ne l’orrai pas !


1. Les éditions de 1637 in-12, de 1638 P., de 1644 et de 1682 portent
du pouvoir, pour de pouvoir : c’est sans doute une faute.
2. Var. Mon cœur prend son parti ; mais contre leur effort,
Je sais que je suis fille, et que mon père est mort. (1637-56)
Var. Mon cœur prend son parti ; mais malgré leur effort. (1660)
3. Var. Quoi ! j’aurai vu mourir mon père entre mes bras. (1637-56)
4. Var. Son sang criera vengeance, et je ne l’aurai pas (a) !

(1637 in-12, 38 et i in-4°)

(a) Une confusion analogue entre aura et orra a eu lieu dans un passage de Malherbe. Voyez l’édition de M. Lalanne, tome I, p. 72.