Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


296 HORACE.

 


CAMILLE.


<poem>Le devoir d’une fille est en l’obéissance.


CURIACE.


Venez donc recevoir ce doux commandement,
Qui doit mettre le comble à mon contentement.



CAMILLE.


Je vais suivre vos pas, mais pour revoir mes frères,
Et savoir d’eux encor la fin de nos misères.



JULIE.


Allez, et cependant au pied de nos autels
J’irai rendre pour vous grâces aux immortels.


1. Ce vers et le précédent, comme Voltaire l’a fait remarquer, se retrouvent, à un mot près, dans la comédie du Menteur (acte V, scène vii).

FIN DU PREMIER ACTE