Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/435

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Cette page n’a pas encore été corrigée


De quel côté pencher&#160 ; ? à quel parti me rendre&#160 ; ?
Qu’une âme généreuse a de peine à faillir&#160 ; !
Quelque fruit que par là j’espère de cueillir,
Les douceurs de l’amour, celles de la vengeance,
La gloire d’affranchir le lieu de ma naissance,
N’ont point assez d’appas pour flatter ma raison,
S’il les faut acquérir par une trahison,
S’il faut percer le flanc d’un prince magnanime
Qui du peu que je suis fait une telle estime,
Qui me comble d’honneurs, qui m’accable de biens,
Qui ne prend pour régner de conseils que les miens.
O coup&#160 ; ! ô trahison trop indigne d’un homme&#160 ; !
Dure, dure à jamais l’esclavage de Rome&#160 ; !
Périsse mon amour, périsse mon espoir,
Plutôt que de ma main parte un crime si noir&#160 ; !
Quoi&#160 ; ! ne m’offre-t-il pas tout ce que je souhaite,
Et qu’au prix de son sang ma passion achète&#160 ; ?
Pour jouir de ses dons faut-il l’assassiner&#160 ; ?
Et faut-il lui ravir ce qu’il me veut donner&#160 ; ?
Mais je dépends de vous, ô serment téméraire&#160 ; !
O haine d’Emilie&#160 ; ! ô souvenir d’un père  !
Ma foi, mon cœur, mon bras, tout vous est engagé,
Et je ne puis plus rien que par votre congé:
C’est à vous à régler ce qu’il faut que je fasse
C’est à vous, Emilie, à lui donner sa grâce
Vos seules volontés président à son sort,
Et tiennent en mes mains et sa vie et sa mort.
O dieux, qui comme vous la rendez adorable,
Rendez-la, comme vous, à mes vœux exorable
Et, puisque de ses lois je ne puis m’affranchir,
Faites qu’à mes désirs je la puisse fléchir.
Mais voici de retour cette aimable inhumaine.