Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/441

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Cette page n’a pas encore été corrigée


Seule contre un tyran, en le faisant périr,
Par les mains de sa garde il me fallait mourir.
Je t’eusse par ma mort dérobé ta captive
Et comme pour toi seul l’amour veut que je vive,
J’ai voulu, mais en vain, me conserver pour toi,
Et te donner moyen d’être digne de moi.
Pardonnez-moi, grands dieux, si je me suis trompée
Quand j’ai pensé chérir un neveu de Pompée,
Et si d’un faux-semblant mon esprit abusé
A fait choix d’un esclave en son lieu supposé.
Je t’aime toutefois, quel que tu puisses être
Et si pour me gagner il faut trahir ton maître,
Mille autres à l’envi recevraient cette loi,
S’ils pouvaient m’acquérir à même prix que toi.
Mais n’appréhende pas qu’un autre ainsi m’obtienne.
Vis pour ton cher tyran, tandis que je meurs tienne :
Mes jours avec les siens se vont précipiter,
Puisque ta lâcheté n’ose me mériter,
Viens me voir, dans son sang et dans le mien baignée,
De ma seule vertu mourir accompagnée
Et te dire en mourant d’un esprit satisfait :
"N’accuse point mon sort, c’est toi seul qui l’as fait.
Je descends dans la tombe où tu m’as condamnée,
Où la gloire me suit qui t’était destinée:
Je meurs en détruisant un pouvoir absolu&#160 ; ;
Mais je vivrais à toi si tu l’avais voulu."


Cinna

Eh bien&#160 ; ! vous le voulez, il faut vous satisfaire,
Il faut affranchir Rome, il faut venger un père,
Il faut sur un tyran porter de justes coups