Page:Corneille - Le Cid, Searles, 1912.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Don Rodrigue

N’épargnez point mon sang : goûtez sans résistance
La douceur de ma perte et de votre vengeance.


Chimène

Hélas !


Don Rodrigue

Hélas ! Écoute-moi.


Chimène

Hélas ! Écoute-moi. Je me meurs.


Don Rodrigue

Hélas ! Écoute-moi. Je me meurs. Un moment.


Chimène

Va, laisse-moi mourir.


Don Rodrigue

Va, laisse-moi mourir. Quatre mots seulement :
Après ne me réponds qu’avecque cette épée.


Chimène

Quoi ! du sang de mon père encor toute trempée !


Don Rodrigue

Ma Chimène…


Chimène

Ma Chimène… Ôte-moi cet objet odieux,
Qui reproche ton crime et ta vie à mes yeux.


Don Rodrigue

Regarde-le plutôt pour exciter ta haine,
Pour croître ta colère, et pour hâter ma peine.


Chimène

Il est teint de mon sang.