Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


m LE CID

LÉONOR.

Voulez-vous demeurer dedans la rêverie?

l'infante.

Non, je veux seulement, malgré mon déplaisir,

Remettre mon visage un peu plus à loisir. lit

Je vous suis.

Juste Ciel, d'où j'attends mon remède, Mets enfin quelque borne au mal qui me possède, Assure mon repos, assure mon honneur. Dans le bonheur d'autrui je cherche mon bonheur : Cet hyménée à trois également importe; 145

Rends son effet plus prompt, ou mon âme plus forte. D'un lien conjugal joindre ces deux amants, C'est briser tous mes fers, et finir mes tourments. Mais je tarde un peu trop : allons trouver Chtmène, Et par son entretien soulager notre peine. 150

��SCENE III. LE COMTE, DON DIÈGUE.

LE COMTE.

Enfin vous l'emportez, et la faveur du roi Vous élève en un rang qui n'était dû qu'à moi :

138. « Corneille, comme tous ses contemporains, employait très fréquemment dedans en guise de préposition ; du reste, VauMlas, qui condamnait cet emploi du mot, le permettait aux poètes ; mais bientôt les grammairiens n'admirent plus aucune exception. Notre poète ne fut pas sourd à l'avis des grammairiens ; mais ici pour lui la tâche était grande ; il ne s'agissait pas d'un seul verg à changer, et il recula parfois devant des modifications trop profondes. Malgré beaucoup de retouches, il a laissé subsister cette tournure bien plus fréquem- ment qu'il ne l'a supprimée, et, chose plus remarquable, il lui est même arrivé de s'en senir dans de nouveaux ouvrages, après l'avoir effacée dans les anciens.» ' Marty-La\eaux.)

139 Sur le sens, aujourd'hui si affaibli, du mot déplaisir, voyez la note du vers 116.

145. « Ce vers est mal tourné, et à trois après hyménée, dans le repos du sers, fait un fort mauvais effet. » (Académie.) Un peu dure dans la forme, la critique semble assez juste au fond.

151. Il n'a pas fallu un grand effort aux acteurs pour faire commencer le Cid k cette scène, en supprimant les deux scènes précédentes. Aucune liaison ne les embarrassait : comme Cbimène est sortie sans être aperçue de l'Infante, qui la cherchait, l'Infante cède trop discrètement la place à don Diégue et ay comte. En quel lieu ces entrées et ces sorties mystérieuses sont-elles possibles? Nous ne savons: la scène est à Séville, quelque part.

153. ii'Académie est bien rigoureuse, ce semble, quand elle rend cet «rrét :

�� �