Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/431

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE IV, SCENE III 2St

Le pays délivré d'un si rude ennemi, 1215

Mon sceptre dans ma main par la tienne affermi, Et les Mores défaits, avant qu'en ces alarmes J'eusse pu donner ordre à repousser leurs armes, Ne sont point des exploits qui laissent à ton roi Le moyen ni l'espoir de s'acquitter vers toi. 1220

Mais deux rois, tes captifs, feront ta récompense. Ils t'ont nommé tous deux leur Cid en ma présence : Puisque Cid en leur langue est autant que seigneur. Je ne t'envierai pas ce beau titre d'honneur. Sois désormais le Cid : qu'à ce grand nom tout cède, 1225

217. En ces alarmes, en cette émotion soudaine causée par l'atlaque imprévue de l'ennemi. C'est le sens vrai du mot; on disait autrefois : sonner 1 alarme, ou : lonner à l'arme.

1218. A, pour; voyez les vers 982,1080 et 1419. — «Le roi ne joue pas là uc personnage bien respectable ; il avoue qu'il n'a donné ordre à rien. » (Voltaire.)

1220. Vers pour envers, très fréquent chez Corneille, et très français.

Anjonrd'hai seulement on s'acquitte vers eux. {Horace, 1153.)

Ne soyez point vers mol fidèles à demi. {Béradius, 1062.)

Et ponvez-vous le voir sans demeurer confuse Du crime dont vers moi son style vons accuse.

(Molière, Misanthrope, IV, 2.)

M. Littré remarque que vers et envers sont étymologiqueraent le même mot, que les meilleurs auteurs, Pascal, Racine, Voltaire ont employé l'un pour l'autre, et croit qu'on peut suivre, au besoin, leur exemple.

1221. Var. Mais deux rois, tes captifs, seront ta récompense. (1637, in-l2 et 44.)

Dans Guilhem de Castro, c'est un de ces rois qui fait lui-même à la cour le •econd récit de la défaite des Maures, à peu près comme dans les Perses d'Es- chyle, un messager persan annonce et glorifie la victoire des Grecs.

1222. « Corneille tire ce nom et l'origine qu'il lui donne de Guilbem de Castro :

DON SANCBO.

£1 mio Cid le ha llamado.

EET MOHO.

En mi len^ua es mi senor.

• Cid, forme vulgaire, est une corruption de Seyid, seigneur, du verbe sad aoriste iesid, être maître. Tous les princes de la famille royale des Almohades et plusieur ""«î la famille des Almoravides portaient ce titre d'honneur » (M. Marty -""'.^

1223. Est autant, est la même chose, signifie la même chose, a le même sens Ja même valeur que... a Mancino, si je ne me trompe bien fort, est autant que gaucher en français. » (Naudé, le Mascurat.)

1Î24. A notre sens, envier ne signifie pas ici être jaloux de, mais refuser C'Mt an latinisme très fréquent chez Corneille et chez Racine :

M'envfrei-Tons l'honneur de mourir à vos yeux ? (A'jcomède, I, i.» De votre lieutenant m'en^riez-Tons le nom ? [Sertorius, III, 2.) Poarqaoi m'enmes-Toas l'air que vous respirez ?

(Racine, Bérénice. IV, t.)

�� �