Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/443

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE IV, SCÈNE V 269

Rodrigue de ma part n'a rien à redouter.

Que pourraient contre lui des larmes qu'on méprise?

Pour lui tout votre empire est un lieu de franchise;

Là, sous votre pouvoir, tout lui devient permis;

Il triomphe de moi comme des ennemis, d380

Dans leur sang répandu la justice étouffée

Aux crimes du vainqueur sert d'un nouveau trophée :

Nous en croissons la pompe, et le mépris des lois

Nous fait suivre son char au milieu de deux rois.

D. FERNANU

Ma fille, ces transports ont trop de violence : 1385

Quand on rend la justice, on met tout en balance- On a tué ton père: il était l'agresseur; Et la même équité m'ordonne la douceur. Avant que d'accuser ce que j'en fais paraître, Consulte bien ton cœur : Rodrij^ue en est le maître, i390 Et ta flamme en secret rend grâces à ton roi Dont la faveur conserve un tel amant pour toi.

CHIMÈNE.

Pour mol î mon ennemi ! l'objet de ma colère!

L'auteur de mes malheurs! l'assassin de mon père!

De ma juste poursuite on fait si peu de cas 1395

Qu'on me croit obliger en ne m'écoutant pas !

A quel affreux dessein vous laissez-voas tenter? {Phèdre, I, B.)

« Ne vous laissez donc pas abattre à la fortune. » (Pascal, Lettre à A/»* de Roannez.)

1378. Un lieu de franchise, c'était proprement un lieu où les criminels jouis- saient du droit d'asile. En plusieurs autres passages, Corneille emploie franchise pour liberté:

Cesse de soupirer, Rome, pour ta franchise. {Cinna, 1221.)

1381. Var. Dans leur sap^ .ëpanda la justice étouffée (1637, 39 et 48-56).

1382. Sert d'un nouv' > trophée; nous dirions plutôt : sert de nouveau tro- phée.

La paix n'y sert souvent que d'un amnsement. {Rodogune, 3U.)

Cependant Corneille emploie aussi l'autre tournure, comme on l'a vu au t. 159 t • C« choix sert de preuve. »

J383. Sur croître employé activement, voyez la note du vers 740.

1386. On met tout en balance, on pèse tout, sens assez rare. Mettre en bala/tee •eut dire souvent, chez Corneille même, mettre en suspens. Dans un sens ana- «eue à celui de ce vers, on dit mettre dans la balance pour mettre en parai-

Que Rome avec ses lois mette dam la balance Tant de pleurs, tant d'amour, tant de persévérance.

(Racine, Bérénice, 1011.)

IMI, La même équité. ïétfuHé même; voyez la note du vert 309,

�� �