Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


-XXVIII ÉTUDE

vertu est récompensée, et le vice puni en la personne d'Alcidon.

La Galerie du Palais :

Deux groupes : Dorimant et Hippolyte, Lysandre et CélMée; deux mariages, par suite ; rien de plus simple, on le voit. Mais la pièce est plus compliquée dans le détail, car Célidée hésite quel- que temps entre Dorimant et Lysandre, et celui-ci a courtisé jadis Hippolyte.

La Suivante :

Ti'ois groupes : 1° Florame et Glorimond aiment Daphnis, qui préfère Florame ; 2° Amarante, la suivante de Daphnis, est jalouse de sa maîtresse, qui lui enlève successivement tous ses adorateurs; 3° Géraste, père de Daphnis, éprouve une passion sénile pour la sœur de Florame, Florise. Dès lors, le dénouement est facile à prévoir : malgré les ruses de la suivante, malgré une méprise trop prolongée, un échange à l'amiable se fera entre le jeune Florame et le vieux Géraste; l'un aura Daphnis, Tautre Flo- rise. 11 est vrai que l'on a oublié de consulter celle-ci, qui reste discrètement dans la coulisse; mais on a répondu d'elle, et il faudra bien qu'elle se résigne à devenir la belle-mère de son frère.

Eu résumé, les comédies de Corneille sont fort simples pour le fond, mais fort compliquées dans les détails. Avec quelque dextérité, le poète embrouille les tils de l'intrigue et prend un plaisir visible à les démêler. Seulement, il ne les démêle pas tou- jours autant que le souhaiterait le lecteur, et, de la plupart de ses pièces nous n'emportons qu'une impression assez confuse. Si certains traits sont gracieux ou pittoresque», l'ensemble est flot- tant. Comment donc expliquer le succès incontestable de ces essais dramatiques? Corneille va se charger encore de nous répondre : « La nouveauté de ce genre de comédie et le style naïf qui faisait uue peinture delà conversation des honnête gens, furent sans doute cause de ce bonheur surprenant qui fit alors tant de bruit. On n'avait jamais vu jusque-là que la comédie fit rire sans personnages ridicules, tels que les valets bouffons, les parasites, les capitans, les docteurs i. » Ailleurs, il insistera sut « la nouveauté d'un genre de comédie très agréable, et qui jus-

��i- Exa.men de Meliie

�� �