Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume II.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
préambule

direction des grands intérêts collectifs des hommes entre lesquels la diversité de l’enseignement qui leur a été donné a creusé des abîmes d’incompréhension ou dressé d’irrémédiables barrières. Leur collaboration s’en ressent et la paix sociale en souffre. Il faut que cela cesse. Si tous ne peuvent pas poursuivre jusqu’au bout les mêmes études, il importe du moins que ces études aient, à défaut du même point d’arrivée, le même point de départ pour tous.

Des observations qui précèdent se dégage la conclusion que voici : l’enseignement secondaire apparaît comme devant constituer — entre l’école primaire où s’apprennent les bases techniques de la culture et l’école supérieure ou universitaire où s’enseigne le spécialisme pratique ou scientifique — une ère d’idées générales embrassant l’ensemble du monde matériel et de l’évolution humaine ; afin que, par là, tout homme cultivé ait, au seuil de la vie active, un aperçu du patrimoine dont il est à la fois bénéficiaire et responsable. Telle est, qu’on nous passe l’expression, la « Déclaration des Droits de