Page:Courouble - Pauline Platbrood (La famille Kaekebroeck), 1902.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
21
PAULINE PLATBROOD

— Ça est tout de même bien, dit-il avec émotion, de n’avoir pas démoli la vieille Tour…

Il était né tout contre elle et la chérissait depuis l’enfance. Elle avait sonné la joie de son mariage et pleuré la mort de sa chère femme. En la retrouvant, des larmes lui montaient aux yeux.

Mais il s’emporta tout à coup, brandit sa canne à la vue d’une maison récemment bâtie et qui détonnait avec sa bête façade de ciment :

— Sacré nom ! c’est aussi laid que les nouvelles constructions françaises de notre rue ! Et c’est de l’esthétique, comme ils disent ! Voyez-moi ça sur la place ! Ah c’est du propre !

Car dans cet homme du peuple, il y avait le sens de l’harmonie et du pittoresque.

— Mais, Papa, c’est une maison des Maskens ! dit le jeune homme surpris d’une telle