Page:Courouble - Pauline Platbrood (La famille Kaekebroeck), 1902.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
25
PAULINE PLATBROOD

Van Poppel, dit-il ; on sera si content de vous voir !

À ces mots le vieux plombier s’arrêta tout étonné : c’était bien la première fois que son fils manifestait l’intention de faire une visite, lui dont « l’ourserie » foncière était un de ses vifs soucis.

Il le regarda curieusement et ne put s’empêcher de s’écrier :

— Mais malheureux, il y a toute une société aujourd’hui chez les Van Poppel ! Tu oublies que c’est le ier janvier…

— Eh bien, qu’est-ce que ça fait ? répliqua le jeune homme avec douceur. Allo venez seulement…

Pourtant le vieux demeurait indécis. Certes la proposition le tentait beaucoup, bien qu’en sortant il ne se fût point promis d’aller chez personne. Mais, devinant le sacrifice du bon François, il croyait de son devoir de n’y pas consentir.