Page:Courteline - Les Boulingrin, 1898.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Un vain mot! Qu'est le plaisir? Une apparence! Vous me direz que pour un vieux célibataire, la vie de café a bien ses charmes. C'est vrai, mais que d'inconvénients! A la longue, ça devient monotone, onéreux, et puis il arrive un âge où...

Félicie. --- Oh!

Des Rillettes. --- Qu'est-ce qu'il y a?

Félicie. --- J'ai oublié de refermer le robinet de la fontaine.

Des Rillettes. --- Petite bête! Ça doit être du propre.

Félicie. --- Je me sauve. Je vous annoncerai en même temps.

Elle sort.


Scène II

Des Rillettes, seul.

Pas de cervelle, mais de l'esprit. Cette enfant ne me déplaît pas. L'appartement non plus, d'ailleurs. Ameublement bourgeois mais confortable, bourrelets aux fenêtres et sous les portes... La cheminée (Il s'accroupit devant l'âtre.) ronfle comme un sonneur et tire comme un maître d'armes. (Se laissant tomber dans un fauteuil.) Non, mais voyez donc ce ressort!... Des Rillettes, mon petit lapin, tu me parais avoir trouvé tes invalides et tu seras ici, je te le répète,