Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t5.djvu/500

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


.. · _` W

  fj  qi    .
li"Y*- _

° ,:‘_.!_

=’i<§T#¥Q.l" , .
.;.1:r;. ‘, 482 CHAP. III.- RENAISSANCE AU I1° SIECLE
F1 ‘ _ _ _ , _
 en fit tous les jours la raison determinante do sa con-
 ` duite ; mais, quand il rélléchissait, quand il descendait
 en lui-meme, c’6tait par elle qu’il se ratfermissait. Epic-
ff;}-f * tete, dans un entretien que rapporte Arrien, avait bien
 défini lg cyniqug idéal comme une sorte d’envoyé de
1Z·‘ ` Dieu *. Cette conception était dans la philosophie du
 _ · temps : nul n’a du se la rendre plus familiere que Dion,
 parce que nul alors n’a plus fait pour la réaliser.
 · Il serait trop long de pousser ici en détail cette ana-
ja ` lyse, de montrer ce qu’il y avait d’ailleurs d'incomplet

'SF dans le réve moral de Dion et ce qui s‘y mélait parfois

- . .

`fi de clnmere’. Quelques mots sur son style sufiiront a

 . . complétor l’étude sommaire que nous voulons faire de

· 9 F ‘ lui. ‘-ll . Le style de Dion acharmé ses contemporains et il u’a it cessé d’étre admiré tant qu’il y a eu une sophistique?

 Si cet engouement nous parait aujourd’hui exccssif,
 ce n’est pas une raison pour méconnaitre des mérites
 ‘ tres réels. Sans doute, il y a, dans ce style, de la ma-
35, niere; c’cst celui d‘un homme qui s’est étudié une partie

T de sa vie at faire valoir des choses insivnifiantcs, et ui, .. ¤

 transformé en philosophe, continue at abuser de son es-
 prit, par habitude. Ses comparaisons notamment, dont
 Philostrate s'émerveille ‘, ct qui sont en efl`et presque

il? toujours lines et amusantes, non seulement deviennent

 monotones par leur abondance, mais trahissent leur

, · origine sophistique soit par leur ingéniosite excessive, ·_ · soit par la complaisance avec laquelle l’orateur les dé-

 4. Entreliens, III, 22.
 2. Voir en particulier, a ce point de vue, l’Eubo$que, qpi est le
·‘ roman pastoral du stoicisme dans sa premiére partie, et qui o¤'re,

g, dans la seconde, des vues de réforme sociale trés pen pratiques. p Bi 3. Jugements de Philostrate, de Themistios, de Synesios.

 4. Phil., ouv. cité Z Eoqnczcxolrarai EE -:05 Aiwvog at nov Mywv el- p

[Q alive;. Cf. Photius, pass. cité Z 'Apurcoq Bk rot'; ·rcapa8s€·{p.¤¤·¢ acct 1:07uk li: ECT! navtaggofa, €tC.

ti- _, i