Page:Curie - Traité de radioactivité, 1910, tome 2.djvu/388

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mesurait le rayonnement d’abord 25 minutes après la fin de l’exposition, puis 24 heures après la fin de l’exposition. La deuxième mesure fournissait le rayonnement du radium E présent sur la plaque ; le rayonnement du radium C était déduit par différence et extrapolé pour le moment initial de la désactivation. La valeur trouvée pour conduit à une valeur de 35,7 ans pour la période de destruction de moitié quand on utilise le rayonnement et à une période de 12 ans seulement quand on utilise le rayonnement Cette deuxième valeur était considérée comme plus correcte, la divergence du nombre obtenu par la mesure du rayonnement pouvant s’expliquer par la supposition que le radium C est une substance complexe qui émet plus d’un groupe de rayons chaque groupe correspondant à une substance radioactive simple.

En observant au moyen du nombre des scintillations produites l’accroissement du radium F à partir d’une quantité donnée d’émanation, M. Antonoff a obtenu pour la période du radium D une valeur d’environ 16,5 ans [1].

Le radium D est entraîné avec le plomb que l’on extrait de la pechblende. On n’a pas encore réussi à l’obtenir à l’état concentré, de manière à essayer de l’isoler. Le progrès de la concentration est d’ailleurs difficile à suivre, parce que la substance n’est pas active par elle-même et que l’activité limite en rayons pénétrants n’est atteinte qu’en un mois, tandis que l’activité en rayons demande encore bien plus de temps pour se développer complètement. D’autre part, les procédés qu’on essaie pour concentrer le radium D ont, en général, pour effet de concentrer le radium E et le radium F dans les diverses parties du traitement ; la valeur limite qui est ensuite atteinte pour ces substances peut donc seide caractériser la proportion de radium D.

Des essais de concentration du radium D ont été décrits par divers auteurs [2], [3]. Voici quelques-uns des résultats obtenus : lors de la cristallisation du chlorure de plomb radioactif en solution aqueuse ou chlorhydrique, le radium D se concentre dans les cristaux. Dans la distillation du chlorure en présence du chlorure

  1. Antonoff, Phil. Mag., 1910.
  2. Hofmann et Wölfl, Berichte d. chem. Gesell, 1907.
  3. Szilard, Le Radium, 1908.