Page:Curie - Traité de radioactivité, 1910, tome 2.djvu/396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


190. Perte de poids du radium. — D’après la conception actuelle du mode de transformation du radium, une quantité donnée de cette matière peut éprouver avec le temps une perte de poids très lente par suite de la destruction spontanée. Toutefois cette perte de poids n’aura lieu que si les produits de la destruction du radium peuvent s’échapper ou se trouver séparés. La perte de poids atteindrait en ce cas 0mg,4 par gramme de radium et par an, en admettant pour la constante du radium la valeur

Dans un sel de radium solide l’émanation se détruit principalement à l’intérieur même du sel et y produit le dépôt actif dont le dernier terme est le polonium. La perte de poids ne porte alors que sur une petite proportion d’émanation dégagée et d’hélium émis sous forme de particules cette perte insignifiante pour un gramme de radium et une année serait très difficile à observer, parce que le sel solide ne se conserve pas dans un état chimique invariable. Pour constater la perte totale, il faudrait priver le sel du radium D et du polonium qui s’y sont accumulés et le ramener toujours à un état défini, par exemple à l’état de chlorure anhydre ; les opérations chimiques nécessaires pour cela pourraient difficilement être effectuées avec une précision suffisante pour l’expérience considérée.

On rencontrerait des difficultés analogues en conservant une solution de radium en vase ouvert, de manière à laisser échapper l’émanation. Il serait nécessaire de peser le sel à l’état sec et avec une composition bien définie.

Si un sel est enfermé dans une ampoule scellée, les pesées peuvent être faites avec précision, mais les produits de décomposition restent dans l’ampoule ; seuls peuvent s’échapper les rayons et les rayons et il n’en résulte probablement aucune perte de poids appréciable ; on pourrait, en employant du verre très mince, laisser sortir les rayons toutefois la perte d’hélium qui en résulte représente une perte de poids extrêmement minime par gramme de radium et par année.

Si la destruction du radium se fait conformément à la théorie d’évolution de ce corps, on ne pourrait avoir à ce sujet une bonne expérience qu’en immobilisant pendant quelques années une quantité assez importante de radium. Des essais faits dans cette voie