Page:Démia - Trésor clérical, 1682.pdf/667

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


excité la risée, ou la confusion des spectateurs.

L’on sçait que dans les cõgregations reguliers, l’habit est en telle estime & veneration, que ceux qui le quittent sans dispanse sont hautement appellez Apostats, pourquoy ne donneroit-on pas plustot ce nom aux Clercs qui volontairement & par desbauche Abandonnent l’habit, que l’Eglise vniuerselle appelle habitvm religionis en conferant la Clericature.

Ce sont ces visionnaires amoureux d’eux-mesmes qui dedaignans le nom de leurs Abbayes ayment mieux retenir celuy de leurs familles, preferans l’Impertinance du siecle dont ils sont rẽplis, à l’honneur de l’Eglise qu’ils ne meritent pas. Ils auroient meilleure grace de quitter le Reuenu comme ils font le Titre, puis qu’estant si grand seigneurs ils deuroient auoir hõte de viure d’Aumosnes telles que sõt la pluspart des fondations. Mais cette generosité seroit contraire à l’Auarice qui les fait rechercher, troquer, ou acheter, les benefices, trois termes & tois manieres presque Egalement symoniques.

De cette bigarrure Estrange il se forme insensiblemẽt vne troisiesme Espece d’Animaux Amphibies & Asnonimes qui consentẽt de bon cœur d’estre beneficiez, mais qui ne pretendent pas pour cela, deuoir estre Ecclesiastiques ; ils demeurent dans vne condition neutre, esperans s’auancer au mariage ou aux ordres selon les occasiõs plus fauorables ainsi sans estre frãcs Leuriers ou vrais Mastins ils ne se peuuent dire que Metys faulte d’auoir aucun genre certain.

Cependant parce qu’il importe au Clergé de discerner les bons d’auec les mauuais pour en euiter la contagion ; il paroistra bien tot vne liste Ample & exacte de ces derniers, contenant les noms, surnoms, qualitez, emplois, exercices, cõmerces, intrigues, & autres particularitez dont l’on a deia d’assez bõnes preuues : Car enfin il faut faire quelque effort pour chastier ou pour manifester les libertins, & sans espargner les persõnes ou la race, reietter sur le visage de ces ef-