Page:D’Archiac - Introduction à l’étude de la paléontologie stratigraphique - Tome 2.djvu/529

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Des Sèches proprement dites ou trouve à l’état fossile l’extrémité de l’os, qui est beaucoup plus compacte, plus dur et plus solide que le reste, et désigné d’abord sous le nom de Belosepia. Le Beloptera, qui est aussi l’extrémité de l’os d’un céphalopode voisin du précédent, et appartenant de même au terrain tertiaire inférieur, doit sans doute sa conservation à une composition analogue.

Dans les Bélemnites, formées de deux parties distinctes, le cône cloisonnaire intérieur et la gaine extérieure, celle-ci est sans exception cristalline, à fibres rayonnantes. La densité du corps égale celle des Pinna vivantes, et il peut être comparé, ainsi que nous l’avons dit (antè, p. 484), à l’extrémité ou rostre de l’os de la Sèche. Quant au cône alvéolaire, les loges se remplissent de la matière de la roche ou de carbonate de chaux par le siphon, comme dans les Orthocératites, avec lesquels il a été souvent confondu ; mais son test particulier ne présente jamais la structure fibreuse.

Comme tous les tests naturellement spathiques, celui de la gaine des Bélemnites est presque toujours conservé, et ce corps ne donne pas lieu à des moulages ou contre-empreintes. Il est très-rarement recouvert de fer sulfuré (Bélemnites des marnes du lias de Vassy). Plus rarement encore, cette substance revêt le cône alvéolaire. Dans un individu complet, provenant du lias de Marieusagen, le fer sulfuré s’était introduit entre le test du cône et le remplissage des loges par la marne de la roche environnante. La pellicule irisée était d’une minceur extrême et revêtait également les cloisons. La dissolution s’était évidemment introduite parle siphon, et la gaine extérieure ne présentait aucune trace de revêtement métallique.

Dans les céphalopodes à coquilles cloisonnées, à cloisons simples ou ramifiées, droites, plus ou moins courbées, ou tout à fait enroulées, les phénomènes de la fossilisation sont extrêmement variés. Depuis les Orthocératites jusqu’aux Nautiles, depuis les Baculites jusqu’aux Ammonites, en passant dans les deux séries par toutes les formes intermédiaires dont on a fait autant de genres, nous trouvons des moulages complets