Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
Vie

ſage, élégante ; l’effet auſſi vrai que ſéduiſant. Malgré le grand nombre de rivaux très-habiles & la plupart Italiens, C. Vanloo eſt couronné d’une voix unanime. Dans la ſcéance publique, que les Romains ſont à ce ſujet, il reçoit ſa récompenſe des mains du Prince de S. Luc, à la vue de quantité de Cardinaux, au ſon éclatant des trompettes, & au bruit encore plus flatteur des acclamations de tous les aſſiſtans.

Le Cardinal de Polignac chargé des affaires de France en Cour de Rome, ce Miniſtre amateur des beaux Arts, écrit au Duc d’Antin en faveur de C. Vanloo, & lui obtient la penſion du Roi, doublement méritée. Ce n’eſt pas le ſeul avantage que le Vainqueur retire de ſon triomphe : il lui valut encore l’occaſion de faire un Tableau pour l’Angleterre, qui établit ſa réputation dans ce pays, comme elle l’étoit à Paris & à Rome. Cette peinture préſente une femme Orientale, de grandeur naturelle, faiſant ſa toilette. Elle eſt également intéreſſante par les grâces de l’attitude, par le coloris des carnations & par la beauté des linges, des étoffes, des acceſſoires qui l’environnent. Cet ou-