Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
19
de Carle Vanloo.

que le ſien ? Comblé d’honneurs, environné d’une réputation brillante, chargé des richeſſes du Talent, muni d’un grand fond de ſçavoir, il quitte Rome, & part pour Turin avec ſon neveu François Vanloo. L’intimité qui les uniſſoit étoit également établie ſur les liens du ſang, ſur les ſentimens d’une parfaite eſtime & ſur les rapports de leurs talens ſupérieurs. L’idée que nous avons de ceux de l’Oncle eſb la juſte meſure de l’opinion qu’on peut ſe former de ceux du Neveu. François étoit né avec le plus beau génie, & l’avoit ſignalé de bonne heure par des ouvrages diſtingués. Pluſieurs ingénieux Deſſeins d’invention & d’après Nature ; diverſes figures peintes du plus beau ton, d’un pinceau admirable & avec la plus grande facilité ; enfin ſon Tableau repréſentant le Triomphe de Galatée, ouvrage qui ſe fondent parfaitement au milieu des excellents Tableaux, raſſemblés dans le Cabinet de M. Louis-Michel Vanloo ſon frère, publient les rares talens de François.

Carie étoit au comble de ſa joie. Il ramenoit en France un neveu digne de ſon nom & un ami qu’il chériſſoit tendrement, quand la plus fâcheuſe des