Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
de Carle Vanloo.

jargon pittoreſque très-intelligible aux Eleves. Ses bons préceptes, ſes démonſstrations énergiques faiſoient ſentir le défaut. Il le corrigeoit ſouvent ſur le Deſſein de l’Ecolier par l’impreſſion de la ſçavante théorie, qu’il avoit au bout du crayon. Une foible Académie retouchée par C. Vanloo eſl quelquefois devenue un très-beau Deſſein.

Que ſes Tableaux ſe reſſentent bien de cette partie fondamentale de l’Art ! J’en prends à témoin tous ceux qu’il a placés, ſfoit dans les cabinets des Amateurs, où elle eſt pratiquée avec toutes les fineſſes, tout le précieux dont elle eſt ſuſceptible ; ſoit dans les endroits publics, où elle eſt traitée dans la manière large, élégante, caracheſque & convenable au local. Parmi ſes Tableaux de cabinet nous diſtinguons ſa Réſurrection du Sauveur, le Concert, l’Allégorie des Parques, la Converſation Eſpagnole, l’Enèe & Anchiſe, &c ; on ne peut guère porter le talent plus loin. Nous mettons au premier rang de ſes ouvrages publics ſon Saint Charles communiant les Peſtiférés, Sainte Clotilde, la Réſurrection, peinte pour Beſançon, le Sacre, la Prédication de S. Auguſtin, &c.