Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
Vie

garde pas le nouveau poſte comme une de ces places purement honorifiques, qui n’exigent qu’une police infructueuſe ou une rebutante ſévérité. Il en enviſage les obligations comme des devoirs d’état, qui ſe ſoumettent à joindre pour l’inſtruction des Eleves, les exemples aux préceptes. Avec quelle attention ne veille-t-il pas ſur leurs ouvrages, ſur leurs progrès ! Quels motifs d’avancement, quel modele d’aſſiduité & de vigilance ne leur offre-t-il pas ? Nous en croira-t-on ? L’Aurore eſt à peine levée qu’il a les pinceaux à la main, & le Soleil prêt à ſe coucher l’a ſouvent trouvé encore occupé à peindre. Le Maître préſente cette pratique d’une manière trop intéreſſante pour être ſans efficacité. Les jeunes Eleves s’habituent à la ſuivre, & à imiter leur Directeur dans tout ce qui dépend de leurs ſoins. À ſon exemple, ſi l’on excepte le tems qu’ils conſacrent aux devoirs de la religion, tous les jours de l’année ſont des jours d’étude pour eux. Un avantage général réſulte de cette conduite. Carle voit les progrès des Penſionnaires du Roi croître de jour en jour. Il les féconde, il les hâte, en leur communiquant ſes conſeils, ſes ouvrages,