Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
45
de Carle Vanloo.

des droits & des uſages de tous les ſiécles, hazarda de reprocher à notre ingénieux Artiſte d’avoir péché contre l’exactitude du Coſtume, ſurtout dans les vêtemens ſacerdotaux & pontificaux introduits dans quelques-unes de ſes compoſitions. Loin d’être ſon Apologiſte à l’égard de cette erreur, nous ne rougirons pas de paſſer condamnation pour lui. On convient que du tems des Grégoire, des Auguſtin, &c. les Papes n’avoient point de thiares, ni les Evêques de mitres, ni les Prêtres de chaſubles, & que les Cardinaux, qui n’ont été créés & décorés de la pourpre que dans des tems poſtérieurs, ne pouvoient avoir alors ni calottes, ni vêtemens rouges. Le reſpect, que nous devons à l’inaltérable vérité, ne nous permet pas de nous faire illuſion à ce ſujet. Qu’il nous ſoit néanmoins permis d’avancer pour la juſtification des Artiſtes, que les tableaux d’Egliſe étant les livres du Peuple, on eſt en quelque forte excuſable de ſfe conformer à ſes idées. Les croiſer, les heurter de front, ce ſeroit rendre méconnoiſſable aux yeux du Vugaire ce qu’on lui propoſe pour modele dans la pratique des vertus & pour objet de ſa vénération.