Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
46
Vie

C’eſt ſur ce principe que d’habiles Maîtres dans l’art de peindre & de ſculpter, tant anciens que modernes, ont introduit des ajuſtemens convenables au Coſtume des derniers ſiécles dans la repréſentation qu’ils ont faite des événemens paſſés dans les premiers tems de l’Egliſe. Les parties ſublimes, que poſſedent les Artiſtes renommés, demandent & doivent obtenir grâce pour celles qu’ils n’ont pas pratiquées dans toute l’exactitude hiſtorique. A ce titre, C. Vanloo a les plus juſtes droits de participer à ce privilège. Les beautés ſéduiſantes, qu’il répand dans ſes ouvrages, dédommagent des négligences occaſionnées par ſfes préocupations. Qu’on juge ſes Tableaux par ſentiment ! L’œil en eſt enchanté : la diſcuſſion ſeule eſt capable de rendre ſenſibles les inexactitudes échappées à ſes recherches. Analyſe-t-on le plaiſir !

Ces imperfections, qu’on ne ſçauroit imputer au Génie, & que l’on peut regarder comme des appanages de l’humanité, n’empêcheront pas, que les talens de Carle ne lui gagnent les plus flatteurs égards & la considération des perſonnes diſtinguées. Les Grands recherchent ſa connoiſſance, les Amateurs