Page:Dante - La Divine Comédie, traduction Lamennais volume 2, Didier, 1863.djvu/137

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
125
CHANT DIX-SEPTIÈME.

16. Je me tournais pour regarder d’où elle venait, lorsqu’une voix dit : « Ici l’on monte. » De toute autre pensée elle me détourna,

17. Et m’inspira un si grand désir de voir qui me parlait, que rien ne l’aurait pu calmer que son objet même.

18. Mais comme il advient devant le soleil, qui éblouit notre vue et se voile de son propre éclat, ainsi ma force ici défaillait.

19. — Celui-ci est l’esprit divin qui, sans être prié, nous indique le chemin pour aller en haut, et se cache lui-même dans sa lumière.

20. Avec nous il fait comme l’homme fait avec soi [6] : car, qui voit le besoin et attend qu’on le prie, malignement déjà se met sur la négative.

21. Maintenant, que nos pieds obéissent à une si haute invitation : tâchons de monter avant que la nuit se fasse ; après, on ne le pourrait jusqu’au retour du jour.

22. Ainsi dit mon Guide, et lui et moi nous tournâmes nos pas vers un escalier : et dès que je fus sur le premier degré,

23. Je sentis près de moi comme un mouvement d’ailes, et sur ma face passer un souffle, et j’entendis : « Beati pacifici [7] qui point n’ont en eux de mauvaise colère. »