Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/403

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Apparition soudaine de groupes. 385

roches des époques suivantes, depuis la base de la série paléozoïque jusqu’à nos jours. Ceci nous fait reculer si loin dans le passé, qu’on peut considérer l’apparition de la faune dite primordiale (de Barrande) comme un fait relativement moderne. » L’Eozoon appartient à la classe des animaux les plus simples au point de vue de l’organisation ; mais, malgré cette simplicité, il est admirablement organisé. Il a existé en quantités innombrables, et, comme l’a fait remarquer le docteur Dawson, il devait certainement se nourrir d’autres êtres organisés très petits, qui ont dû également pulluler en nombres incalculables. Ainsi se sont vérifiées les remarques que je faisais en 1859, au sujet de l’existence d’êtres vivant longtemps avant la période cumbrienne, et les termes dont je me servais alors sont à peu près les mêmes que ceux dont s’est servi plus tard sir W. Logan. Néanmoins, la difficulté d’expliquer par de bonnes raisons l’absence de vastes assises de couches fossilifères au-dessous des formations du système cumbrien supérieur reste toujours très grande. Il est peu probable que les couches les plus anciennes aient été complètement détruites par dénudation, et que les fossiles aient été entièrement oblitérés par suite d’une action métamorphique ; car, s’il en eût été ainsi, nous n’aurions ainsi trouvé que de faibles restes des formations qui les ont immédiatement suivies, et ces restes présenteraient toujours des traces d’altération métamorphique. Or, les descriptions que nous possédons des dépôts siluriens qui couvrent d’immenses territoires en Russie et dans l’Amérique du Nord ne permettent pas de conclure que, plus une formation est ancienne, plus invariablement elle a dû souffrir d’une dénudation considérable ou d’un métamorphisme excessif.

Le problème reste donc, quant à présent, inexpliqué, insoluble, et l’on peut continuer à s’en servir comme d’un argument sérieux contre les opinions émises ici. Je ferai toutefois l’hypothèse suivante, pour prouver qu’on pourra peut-être plus tard lui trouver une solution. En raison de la nature des restes organiques qui, dans les diverses formations de l’Europe et des États-Unis, ne paraissent pas avoir vécu à de bien grandes profondeurs, et de l’énorme quantité de sédiments dont l’ensemble constitue ces puissantes formations d’une épaisseur de plusieurs kilomètres, nous pouvons penser que, du commencement à la fin, de grandes