Page:Daubié - L'émancipation de la femme, 1871.pdf/130

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

L’ÉMANCIPATION DE LA FEMME



NEUVIÈME LIVRAISON.


CARRIÈRES PROFESSIONNELLES POUR LES FEMMES.


Loin de voir du reste une panacée dans l’externat, il faut en redire ce qui a été dit à l’occasion de l’instruction obligatoire et de l’enseignement mixte ; il ne peut être que le résultat d’un ordre moral qui permet à la jeunesse de puiser de bons principes soit dans la famille, soit aux foyers d’adoption qui la reçoivent. La généralisation de l’internat en France, depuis un demi-siècle, suffirait pour attester le déclin des vertus de famille, et par suite la nécessité d’éloigner l’enfant de ces intérieurs où il ne reçoit que des influences corruptrices. Mais c’est en vain que nous le séquestrons ; les relations de l’interne avec le monde sont assez fréquentes pour qu’il se fasse un idéal de liberté du mal qu’il voit impunément commettre par les adultes ; aussi s’applaudit-il quand il peut déjouer une surveillance importune et chagrine pour faire par anticipation ses preuves de virilité dans le désordre. Même dans les familles les plus honorables, qui reçoivent à leur table des adolescents aux jours de congé, il est facile de remarquer que les entretiens doivent laisser les impressions les plus funestes dans l’esprit novice et docile des jeunes gens. En effet, la chronique du jour n’étant pas précisément celle des faits édifiants, la conversation tombe sur le caractère des hommes et des femmes à