Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA BÊTE À BON DIEU, avec effusion.

Quel bon enfant tu fais !… Je ne sais pas pourquoi
Tout le monde n’est pas ton ami sur la terre.
On dit de toi : « C’est un bohème ; un réfractaire
Un poëte ! un sauteur !… »

LE PAPILLON.
Tiens ! tiens ! et qui dit ça ?
LA BÊTE À BON DIEU.

Mon Dieu ! le Scarabée…

LE PAPILLON.
Ah ! oui, ce gros poussah.

Il m’appelle sauteur, parce qu’il a du ventre.

LA BÊTE À BON DIEU.

C’est qu’il n’est pas le seul qui te déteste…

LE PAPILLON.
Ah ! diantre !
LA BÊTE À BON DIEU.

Ainsi, les Escargots ne sont pas tes amis,
Va ! ni les Scorpions, pas même les Fourmis.

LE PAPILLON.

Vraiment ?

LA BÊTE À BON DIEU, confidentielle.
Ne fais jamais la Cour à l’Araignée ;

Elle te trouve affreux,

LE PAPILLON.
On l’a mal renseignée.
LA BÊTE À BON DIEU.