Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/285

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


plaît » du cocher, le faisaient tressaillir. Même il ne pouvait pas entendre sans émotion la Négresse remonter chez elle ; s’il avait osé, il serait allé lui demander des nouvelles de sa maîtresse… Malgré tout, cependant, les yeux noirs étaient encore maîtres de la place. Le petit Chose passait de longues heures auprès d’eux. Le reste du temps, il s’enfermait chez lui pour chercher des rimes ; au grand ébahissement des moineaux, qui venaient le voir de tous les toits à la ronde, car les moineaux du pays Latin sont comme la dame de grand mérite et se font de drôles d’idées sur les mansardes d’étudiants. En revanche, les cloches de Saint Germain, ─ les pauvres cloches vouées au Seigneur et cloîtrées toute leur vie comme des Carmélites, ─ se réjouissaient de voir leur ami le petit Chose éternellement assis devant sa table, et, pour l’encourager, elles lui faisaient grande musique.

Sur ces entrefaites, on reçut des nouvelles de Jacques. Il était installé à Nice et donnait force détails sur son installation… « Le beau pays, mon Daniel, et comme cette mer qui est là sous mes fenêtres t’inspirerait ! Moi, j je n’en jouis guère ! Je ne sors jamais… Le marquis dicte tout le jour. Diable d’homme, va ! Quelquefois, entre deux phrases, je lève la tête, je vois une petite voile rouge à l’horizon, puis tout de suite le nez sur mon papier… Mademoiselle d’Hacqueville est toujours bien malade… Je l’entends au-dessus de nous qui tousse, qui tousse… Moi-même, à peine débarqué,