Page:Daudet - Les Amoureuses, Charpentier, 1908.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


est dans ma destinée de Chaperon-Rouge d’accepter cette mort sans me plaindre ; ? imitez mon exemple, chers enfants, et ne regrettez jamais un plaisir, si cher que vous ayez pu le payer : le bonheur n’a pas de prix ; il n’y a que des sots pour le marchander. Et maintenant je me livre à votre vengeance, faites de moi ce que vous voudrez.


Tous

Si jolie et si malheureuse ! Comment pourrions nous lui en vouloir ?


Le Chaperon-Rouge

Là ! j’en étais bien sûre que vous ne me feriez pas de mal ; vous êtes des enfants, de bons enfants, et je veux vous laisser un souvenir de moi. (Quittant ses boucles d’oreilles.) Une cerise pour chacun. Tenez, et gardez les jusqu’à demain… C’est bien long, n’est-ce pas ? .. Allons, adieu, mes amis, et songez quelquefois