Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



                    Moi.
Que faisais-tu, rivale en fleur des Pompadours ?
Un corset un peu juste, une étroite chaussure
Ont-ils égratigné d’une rose blessure
Tes beaux pieds frissonnants comme des lys pâlis ?
Un drap trop dur, froissé par tes ongles polis,
A-t-il enfin meurtri, dans ses neiges tramées,
Ces bijoux rougissants, pareils à des camées ?
As-tu brisé ta lyre en chantant Kradoudja ?
Ou bien, dans ces doux vers que l’on aimait déjà,
Ta soubrette Cypris a-t-elle, d’aventure,
En te frisant le soir, plié ta chevelure ?
As-tu perdu ta voix et ton gazouillement ?

                   Évohé.
Je suis harmonieuse et belle, ô mon amant !
Le drap tissu de neige et la chaussure noire
N’a pas mordu mes pieds ni mes ongles d’ivoire ;
Ma soubrette Cypris, qui m’aime quand je veux,
N’a pas coupé nos vers pour plier mes cheveux ;
On admire toujours les cent perles féeriques
Et les purs diamants de mes écrins lyriques :
Les Éros voletants me servent d’échansons,
Et ma lyre d’argent est pleine de chansons.